Médecins Correspondants du Samu & Infirmiers Sapeurs-Pompiers – Clinique Saint Luc

Clinique Saint Luc – Médecins Correspondants du Samu (MCS) & Infirmiers Sapeurs-Pompiers (ISP)

Accueil » L’offre de soins » Urgences » Médecins Correspondants du Samu & Infirmiers Sapeurs-Pompiers – Clinique Saint Luc

Dispositifs de médecine d’urgence

Services déclenchés sur appel au 15 ou au 18, ils ne peuvent être contactés directement à la Clinique Saint Luc

Pour améliorer la prise en charge des urgences vitales dans la Vallée de la Bruche, le Groupe Hospitalier Saint Vincent a mis en place 2 dispositifs innovants au sein de la Clinique Saint Luc.

Les médecins correspondants SAMU

Le dispositif des Médecins Correspondants SAMU est opérationnel au sein de la clinique Saint Luc de Schirmeck depuis le 18 mai 2015.  Il intervient en étroite collaboration avec le SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation),  de 8h00 à 20h00, 7 j /7, au sein de la Vallée de la Bruche.

Six médecins de la Clinique Saint Luc assurent ce dispositif, une première en France pour un établissement privé. Le CHU de Strasbourg (centre 15), l’ARS et le GHSV ont signé une convention  pour assurer cette nouvelle mission de service public, une innovation dans le paysage hospitalier.

Ce dispositif permet une prise en charge plus rapide des patients qui en bénéficient.

Les infirmiers sapeurs pompiers

Un partenariat avec le Service Départemental d’Incendie et de secours du Bas-Rhin (SDIS 67) a permis de déployer un dispositif d’Infirmiers Sapeurs-Pompiers basés à la Clinique Saint Luc, opérationnel depuis le 1er août 2016

Ils partent régulièrement  en intervention, entre 7h00 et 19h00, appelés par le Service Départemental d’Incendie et de Secours du Bas Rhin (SDIS 67) en relation avec le SAMU pour accident sur la voie publique, intoxication à la fumée, incendie, détresse vitale …
En dehors des interventions, ils sont positionnés au service de policlinique de Saint Luc, sur des soins dont ils peuvent se détacher immédiatement pour partir en urgence.

Ces dispositifs devraient se développer pour, qu’à terme, le dispositif mutualisé puisse couvrir 24h/24, 7j/7.